Recherche tout champRecherche avancéeNouvelle recherche Page d'accueil  

Tout champ :
   

 

Titre :En revenant de la revue
Compositeur(s) et-ou auteur(s) :Desormes, Louis César ; Delormel, Lucien ; Garnier, Léon
Interprète(s) :Charlus [Louis-Napoléon Defer]
Genre :Café-concert
Fichier audio :
Photo(s) :Photo
Support d'enregistrement :Disque
Format :29 cm saphir sans étiquette, (enregistrement acoustique)
Lieu d'enregistrement :Paris, France
Marque de fabrique, label :Pathé
Numéro de double-face :2645
Numéro de catalogue :1887
Numéro de matrice :25186-G
Date de l'enregistrement :1910
Instruments :chant homme, orchestre acc.
État :Exc++
Vitesse (tours/minute) :89
Matériel employé au transfert :Stanton 150, pointe 2,7ET sur Shure M44G, Elberg MD12 : courbe flat, Cedar X, declick, decrackle, dehiss
Date du transfert :29-03-2022
Commentaires :Texte du contenu ci-dessous.
Texte du contenu :En revenant de la revue

Création Paulus (1886) - Paroles : Lucien Delormel et Léon Garnier - Musique : Louis-César Desormes - Éditions Fortin


Je suis chef d'une joyeuse famille,
D'puis longtemps j'avais fait l'projet
D'emm'ner ma femme, ma sœur, ma fille
À la r'vue du Quatorze Juillet.
Après avoir cassé la croûte,
En chœur nous nous sommes mis en route
Les femmes avaient pris l' devant,
Moi j'donnais le bras à belle-maman.
Chacun d'vait emporter
D' quoi pouvoir boulotter,
D'abord moi j' portais les pruneaux,
Ma femme portait deux jambonneaux,
Ma belle-mère comme fricot,
Avait une tête de veau,
Ma fille son chocolat,
Et ma sœur deux œufs sur le plat.

Gais et contents, nous marchions triomphants,
En allant à Longchamp, le cœur à l'aise,
Sans hésiter, car nous allions fêter,
Voir et complimenter l'armée française

De Lonchamp nous foulons la p'louse,
On commence par s'installer,
Puis j' débouche les douze litr's à douze,
Et l'on s' met à saucissonner.
Tout à coup on crie "Vive la France !"
Crédié, c'est la r'vue qui commence
J' grimpe sur un marronnier en fleur,
Et ma femme su' le dos d'un facteur
Ma sœur qu'aime les pompiers
Acclame ces fiers troupiers,
Ma tendre épouse bat des mains
Quand défilent les saint-cyriens,
Ma belle-mère pousse des cris,
En reluquant les spahis,
J'admirais plein d'entrain
Du père André le cal'çon fin

Gais et contents, nous étions triomphants,
De nous voir à Longchamp, le cœur à l'aise,
Sans hésiter, nous voulions tous fêter,
Voir et complimenter l'armée française.



Permalien : http://www.phonobase.org/14436.html

  Recherche tout champRecherche avancéeNouvelle recherche Page d'accueil