Recherche tout champRecherche avancéeNouvelle recherche Page d'accueil  

Tout champ :
   

 

Titre :Chapeau rose et fin mollet
Compositeur(s) et-ou auteur(s) :Collin, Lucien ; Villemer, Gaston ; Soubise, Camille [Alphonse Van Den Camp]
Interprète(s) :Paulus
Fichier audio :
Photo(s) :Photo
Support d'enregistrement :Disque
Format :25 cm saphir (enregistrement acoustique)
Lieu d'enregistrement :Paris, France
Marque de fabrique, label :Homophone
Numéro de catalogue :8403
Numéro de matrice :C26U - A1
Date de l'enregistrement :1906
Vitesse (tours/minute) :86
Matériel employé au transfert :Stanton 150, pointe 5,0ET sur Shure, Elberg MD12 : courbe flat, Cedar duo declickle, dehiss
Date du transfert :26-06-2024
Commentaires :Texte du contenu ci-dessous. Ce disque est le seul candidat envisageable pour attribution au chanteur Paulus. La vogue de cette chanson a suscité au moins une parodie, publiée par le même éditeur : "Chapeau jaune et gros mollet", paroles de Villemer et Delormel, musique de Lucien Collin, créée par Mr Ducastel à l'Eldorado, Paris : L. Bathlot, [1880]. Alphonse Allais, dans "La belle inconnue" (1897), reprend exactement l'intrigue de cette chanson : ce n'est qu'à la fin, à la porte de son domicile, que le personnage se rend compte qu'il suit sa femme... Une coupure d'étiquette d'un autre exemplaire de ce même disque Homophone 8403 "Chapeau rose et fin mollet" a servi à l'acte de faussaire que voici : http://www.phonobase.org/15723.html, dont l'annonce vocale dit : "Pour avoir la fille, chanté par Paulus" (en fait c'est Dutreux). À propos d'enregistrements de Paulus non avérés, voir notamment http://www.phonobase.org/15721.html et http://www.phonobase.org/15722.html.
Texte du contenu :Chapeau rose et fin mollet

Chansonnette créée par Mr Debailleul au XIXème Siècle et par Velly à l'Eldorado
Paroles de Villemer & Soubise ; musique de Lucien Collin. Édition L. Bathlot, Paris [1880]

[Texte de la partition]

Il pleuvait, ne sachant que faire
Je flânais devant chez Brébant
Ma femme dînait chez sa mère
Et je baillais énormément
Passe une femme en chapeau rose
À l'ombre sous un en-tout-cas
Moi, sans calculer autre chose
Aussitôt je cours sur ses pas.

{Refrain:}

Cheville fine
Et fin mollet !
Le brigand !
Comme il trottinait !
Le brigand !
Comme il trottinait !
Cheville fine
Et fin mollet !
Le brigand !
Le brigand comme il montait
Le fin talon de sa bottine !

Suivre une femme est un remède
Qui m'a réussi quelques fois.
Brune ou chataine, belle ou laide,
Je n'avais pas vu son minois !
Mais elle était si gracieuse,
La belle au mollet goguenard,
Qui s'en allait insoucieuse,
Trottinant par le boulevard !

{Refrain:}

Pour sûr ce doit être une blonde !
Pensais-je, en la suivant toujours.
Et j'admirais sa taille ronde,
Son pied, ses opulents contours !
Tout prêt à déclarer ma flamme,
En me rapprochant pour cela,
Je me disais : Ah ! si ma femme
Avait tous ces agréments-là !...

{Refrain:}

Tout en marchant à l'aventure,
Je ruminais mon compliment,
Quand un embarras de voiture
Vint nous séparer brusquement.
Craignant de la perdre de vue,
Je cours... et la retrouve enfin !
Que vois-je ? elle entre dans ma rue !
Le mollet va toujours son train.

{Refrain:}

Je la vois, sans tourner la tête,
Enfiler la ru' du Sentier...
Thiens ! dis-je en suivant ma conquête,
Il paraît qu'elle est du quartier !
C'est peut-être la fille à Chose,
Ou la belle-mère à Machin !...
Ma foi tant pis ! ce chapeau rose
M'agace avec son air mutin !

{Refrain:}

Mais la voici devant ma porte ;
Elle entre...Tiens ! c'est singulier !
C'est donc ma voisine !qu'importe !
Je la rejoins dans l'escalier.
Je prends la taille de la dame,
Qui se retourne et... Devinez
Qui fut penaud : C'était ma femme
Oh ! la la ! mes amis, quel nez !

Et Célestine
Me répétait
As-tu vu comme il trottinait !
Rond et blanc comme il surmontait
Le fin talon de ma bottine !



Permalien : http://www.phonobase.org/16547.html

  Recherche tout champRecherche avancéeNouvelle recherche Page d'accueil