Recherche tout champRecherche avancéeNouvelle recherche Page d'accueil  

Tout champ :
   

 

Titre :Chez les lutteurs
Compositeur(s) et-ou auteur(s) :Christiné, Henri ; Briollet, Paul ; Rimbault, Eugène
Interprète(s) :Polin [Pierre Paul Marsalès]
Genre :Café-concert : comique troupier
Fichier audio :
Support d'enregistrement :Cylindre
Format :Standard (enregistrement acoustique)
Lieu d'enregistrement :Paris, France
Marque de fabrique, label :Edison
Numéro de catalogue :17560
Date de l'enregistrement :1905
Instruments :orchestre acc.
Couleur de la pâte :noir
État :Exc
Vitesse (tours/minute) :162
Matériel employé au transfert :Archéophone, pointe Edison sur Ortofon declick, decrackle
Date du transfert :22-09-2007
Commentaires :Texte du contenu ci-dessous.
Texte du contenu :Chez les lutteurs

Paroles : Briollet, Rimbault - Musique : Christiné, Briollet - Éditions du Tourlourou / Eugène Rimbault (1906)

L'après-midi d'un beau dimanche,
À la fêt' tout en m'baladant,
J'vois sur un' grand' baraque en planches
Des lutteurs qui f'saient l'boniment.
Près d'eux y avait un' gross' lutteuse
Qui réclamait un amateur.
Je m'dis : Vrai ! v'là une amateuse
Qui f'rait joliment mon bonheur.

Soudain, è' m'cri' : "Beau militaire,
Veux-tu un gant ?" J' réponds : "J'veux bien,
De cett' façon ça m'f'ra la paire,
Parc' que j'ai perdu un des miens."
È' m'dit : "Faut un' lutte acharnée,
C'est à la romain' qu'on f'ra ça."
J'y dis : "Romaine ou chicorée,
Si y a d'la salad', moi, ça va !"

È' m'dit : "C'est bon, fais donc pas d'scènes,
À mains plat's, nous allons lutter."
J'y dis : "C'est plutôt à mains pleines,
Car y en a pas mal à r'muer."
On rentre, è' m'dit : "Viens su' la sciure,
On s'mesur'ra." J' dis : "C'est convenu...
Passez--moi l' mètr', j'prendrai les m'sures
Moi, et on verra qui qu'en a l'plus."

Alors, la voilà qu'ell' s'apprête,
En m'disant : "Fais un bras roulé,
Port'-moi ensuite un' pris' de tête
Pass'-moi un' cravat' de côté."
Bon Dieu, j'comprenais rien, v'là qu'è' m'murmure :
"Pass'-moi un' ceinture en avant."
J'y dis : "Si j'vous donn' ma ceinture,
Mon pantalon va fout' le camp."

Là-d'ssus, la voilà qu'è' m'enlace
Et on tomb' su' la sciur' de bois.
On se r'lèv' tous deux, puis è m'passe
Trois francs m'disant : "V'là pour toi ;
Comm' ça attir' la clientèle,
R'viens d'main, nous r'commenç'rons, mon loup."
Oh ! mais j'y dis : "À c'prix-là, mam'zelle,
J' veux bien tout d'suit' fair' le mêm' coup."

Viv'ment, j'm'en vas r'trouver Victoire
Qu'est bonn' chez des bourgeois cossus.
J'y dis : "Tiens, v'là c'qu'un' dame à la foire
M'a donné pour lui tomber d'ssus."
Ell' m'répond : "C'est très ordinaire,
Car y a mon patron, d'temps en temps,
Qui me tombe de la mêm' manière,
Seul'ment chaqu'fois y m'donne dix francs, lui."
Oh ! quelle horreur !



Permalien : http://www.phonobase.org/3514.html

  Recherche tout champRecherche avancéeNouvelle recherche Page d'accueil