Recherche tout champRecherche avancéeNouvelle recherche Page d'accueil  

Tout champ :
   

 

Titre :Les caresses
Compositeur(s) et-ou auteur(s) :Dérouville, Henri ; Tassin, Raymond ; Favart, Edgar
Interprète(s) :Lanthenay, Adeline
Qualité(s) ou établissement d'exercice :Scala
Fichier audio :Cliquez pour écouter
Photo(s) :Photo
Support d'enregistrement :Disque
Format :25 cm aiguille (enregistrement acoustique)
Lieu d'enregistrement :Paris, France
Marque de fabrique, label :Zonophone
Numéro de catalogue :x83263
Numéro de matrice :5724h
Date de l'enregistrement :1908
Vitesse (tours/minute) :78
Matériel employé au transfert :Garrard 401, SME 3012, pointe 2,0ET sur Stanton, Elberg MD12 : courbe flat, passe-bas 3k, Cedar X declick, decrackle, dehiss
Date du transfert :11-06-2010
Texte du contenu :"Les caresses"

"Où courez-vous, beaux yeux noirs ?"
Lui dit-il un beau soir très bougre
Mais sans paraître l'entendre
Elle trottinait toujours
"Ecoutez-moi mon amour,
Je veux vous couvrir de caresses"
Grisés par cette promesse
Ils partirent tous deux

Les caresses, les caresses
Sont de petits papillons de nuit
Sur nos chairs ils s'abattent sans bruit
Et leur doux frôlement nous séduit
Les caresses, les caresses
Sont de petits oiseaux de rubis
Pas un ne les repousse
Quand on veut s'aimer,
Les caresses sont douces

"Oh méfiez-vous des sarments"
Dit-elle en entrant dans sa chambre
Elle étira tous ses membres
Puis délaça son corset
Quelques minutes après,
Elle dit d'une voix rieuse
"Oh soufflez donc la veilleuse,
Réchauffez- moi, j'ai froid"

Les caresses, les caresses,
Sont de petits papillons de nuit
Sur nos chairs ils s'abattent sans bruit
Et leur doux frôlement nous séduit
Les caresses, les caresses
Ont aussi le don de réchauffer
Elles sont polissonnes
Quand on veut s'aimer
Les caresses sont bonnes

Puis ils s'aimèrent sans fin
Et même lorsque vint l'aurore
Je crois qu'ils s'aimaient encore
Quand tout à coup, les yeux las,
Il lui murmura tout bas
"Voici venir le jour ma mie,
Il faut dormir ma chérie
Je suis grisé d'amour"

Les caresses, les caresses
Sont de petits papillons de nuit
Le jour vient, ils s'éloignent sans bruit
Et se cachent quand le soleil luit
Les caresses, les caresses
Finissent aussi par s'effacer
Elles s'arrêtent à la porte
Quand on est gâtés
Les caresses sont mortes


Permalien : http://www.phonobase.org/6030.html

  Recherche tout champRecherche avancéeNouvelle recherche Page d'accueil