Recherche avancéeRecherche tout champNouvelle recherche Page d'accueil  

   
Titre :
Compositeur(s) et-ou auteur(s) :
Interprète(s) :
Qualité(s) ou établissement d'exercice :
Année d'enregistrement :
Instruments :
Marque de fabrique, label :
Format :
   
Retour au tableau des résultats

15 résultats trouvés

Précédent 1 12 15 Suite droite

 
Titre :La Poupée
Compositeur(s) et-ou auteur(s) :Audran, Edmond (1842-1901)
Interprète(s) :Sully, Mariette
Fichier audio :Cliquez pour écouter
Support d'enregistrement :Cylindre
Format :Céleste (enregistrement acoustique)
Lieu d'enregistrement :Paris, France
Marque de fabrique, label :Phono Cinéma Théâtre
Numéro de catalogue :5
Inscriptions complémentaires :janvier
Couleur de la pâte :couvercle: «très bon juillet 193
Vitesse (tours/minute) :135
Matériel employé au transfert :Archéophone
Date du transfert :15-07-1999
Commentaires :Celeste type I (Phono-Cinéma-Théâtre) : 20 spires/cm. (environ 50 spires/pouce). Il s'agit du trio Alesia, Lancelot, M. Hilarius. CD23_07_La_poupee_135rpm.wav est un ralenti facteur 106 du fichier original enregistré à 144rpm
Texte du contenu :La Poupée - air de la poupée, Acte II, n°9
Alésia, Lancelot, Hilarius
pp.65-73

Je sais entrer
Dans un salon
Je sais faire la révérence

Petite ou grande
C'est selon
Devant qui
Je suis en présence

Je suis aussi la ménagère
qui rend votre foyer charmant
Achetez-moi, vraiment
Je ferai votre affaire

Je sais danser la gavotte :
Voyez mon pas cadencé !
Comme il suit toujours la note
Sans que le temps soit pressé

[Lancelot et Hilarius ensemble en l'imitant] :

Elle danse la gavotte
Voyez son pas cadencé
Comme il suit toujours la note
Sans que le temps soit pressé

[Alésia (menuet)]
Et pour danser le menuet
Voyez donc cet air de noblesse
N'a pas qui veut le ton parfait
Le ton qu'a seule une duchesse

[Lancelot et Hilarius]
Et pour danser le menuet
Voyez donc cet air de noblesse
N'a pas qui veut le ton parfait
Le ton qu'a seule une duchesse

[Alésia (valse)]
Mais c'est surtout dans la valse entraînante
Que l'on me trouve exquise et délirante

[Lancelot et Hilarius (dansant)]
Mais c'est surtout dans la valse entraînante
Qu'elle est délirante !

[Alésia (reprenant son genre de l'entrée)]
Je sais entrer
Dans un salon
Je sais faire la révérence
Petite ou grande
Je sais selon
devant qui
Je suis en présence

Achetez-moi vraiment
Je ferai votre affaire

Tra la la la la la la la
Le chef d'oeuvre que voilà
La la la la
Se nomme Alésia !

[Lancelot et Hilarius (gagnés par le rythme, ils dansent et chantnet avec elle)]
Tra la la la la la la la
Le chef d'oeuvre que voilà
La la la la
Se nomme Alésia !

Le chef d'oeuvre que voilà
La la la la
Se nomme Alésia !


-------------

La Poupée, opéra-comique [en fait une véritable opérette] en quatre actes et cinq tableaux, paroles de Maurice Ordonneau, musique d'Edmond Audran, représenté pour la première fois sur le théâtre de la Gaîté, le 21 octobre 1896, est le prototype de l'opérette sage et gentille. Livret enfantin, presque niais, mais agréable. Il y a peu de scènes vraiment gaies, tout est gentil, tout est aimable : il ne faut pas exiger le mouvement irrésistible ou les choeurs parodiques d'Offenbach. Opérette honnête et décente, rangée et souriante du sourire qu'arborent gentiment les jeunes filles de la moyenne et petite bourgeoisie "républicaine-fin de siècle" lorsque leurs parents leur présentent un bon petit jeune homme comme un "futur" acceptable et "en situation".

La triomphatrice de la pièce fut naturellement la jeune Mariette Sully qui, physiquement et vocalement, réalisa une "poupée" qu'on eût dit sortie de son carton. Cette création fit de la jeune chanteuse d'opérettes une vedette appelée au plus bel avenir.
Créateurs : Lucien Noël sous l'habit du moine, Paul Fugère dans le rôle du novice Lancelot, bientôt remplacé dans ce rôle par son camarade Soums.
Florian Bruyas, histoire de l'opérette en France, Lyon, Emmanuel Vitte, 1974, 699 p. pp. 281-282.

--------------

Lancelot est un novice dans un monastère très pauvre. Son oncle le déshéritera s'il reste moine. S'il se marie, il recevra 100.000 francs. Sans renoncer à sa vocation, Lancelot consulte maître Hilarius, qui a inventé des automates qui ont toutes les apparences de la vie. Lancelot épousera une poupée et le monastère usera de l'argent à bon escient. Hilarius a donné à ses poupées l'apparence de sa femme et sa fille Alésia. Ce qu'il ne sait pas plus que Lancelot, c'est que sa femme et sa fille ont remplacé les poupées, momentanément déteriorées. Lancelot s'éprend tout de bon pour Alésia, et il faut marier les deux jeunes gens.



Aucun autre transfert audio du même document, aucune face associée

Permalien : http://www.phonobase.org/607.html

  Recherche avancéeRecherche tout champNouvelle recherche Page d'accueil