Recherche avancéeRecherche tout champNouvelle recherche Page d'accueil  

   
Titre :
Compositeur(s) et-ou auteur(s) :
Interprète(s) :
Qualité(s) ou établissement d'exercice :
Année d'enregistrement :
Instruments :
Marque de fabrique, label :
Format :
   
Retour au tableau des résultats

16 résultats trouvés

1 16 Suite droite

 
Titre :Le Paon ; acte 3 scène 14 : Tu n’as pas eu d’amant !
Compositeur(s) et-ou auteur(s) :Croisset, Francis de
Interprète(s) :de Féraudy, Maurice
Fichier audio :Cliquez pour écouter
Photo(s) :
PhotoPhoto
PhotoPhoto
PhotoPhoto
Support d'enregistrement :Cylindre
Format :Inter (enregistrement acoustique)
Lieu d'enregistrement :Paris, France
Numéro de catalogue :2855
Numéro de matrice :24928 ou 24128
Date de l'enregistrement :1904_1905
Instruments :déclamation
Couleur de la pâte :noir
État :Exc++
Vitesse (tours/minute) :151
Matériel employé au transfert :Archéophone, pointe 2 minutes sur Shure M44G, Elberg MD12 : courbe flat, passe-bas 6kHz
Date du transfert :12-10-2018
Commentaires :Tirade de Boursoufle, acte 3 scène 14. Pièce créée à la Comédie-Française le 9 juillet 1904
Texte du contenu :Le Paon, Francis de Croisset ;

dernière scène, acte 3 scène 14 :

Tu n'as pas eu d'amant !
Tu n'as pas eu d'amant !
Ah ! Ce que je suis heureux !
Ah quel soulagement !

Annette, ma petite Annette est toujours sage.
Elle est la même que j'ai trouvé au village !
Tu n'as pas eu d'amant ! j'aurais dû m'en douter !
Ah ! chère enfant ! Tu viens de me désenvoûter,
Je te retrouve et je me retrouve. Allégresse !
Je ne pouvais aussi renier ma caresse !
Mon baiser chante encor dans ton coeur ingénu
On ne peut m'oublier lorsque l'on m'a connu !

[...]

Ah ! Que tu me comprends, chère petite femme,
Et que tu lis avec indulgence en mon âme !
Mais va, tu m'as guéri, mort l'orgueil, morts les paons !
Je veux devenir simple. Enfin, je me repens.
Tu vas voir.
Venez tous, venez ! Je vous révèle
La nouvelle du jour. Une grande nouvelle !
Vous m'avez reproché souvent ma vanité ?
Je vais vous étonner par ma simpicité !
Car je sais être simple aussi, quoi qu'on en dise :
Mesdames et messieurs, j'épouse Cydalise.

[...]

Oui, messieurs, Enguerrand de Boursoufle, Vidame,
Écuyer et baron, prend pour compagne et dame,
La petite Patu. Donc, messieurs, nous allons
Nous marier en Brie, au son des violons
Du village, en l'église où le curé bedonne,
Sans faste, sans gala, sans pompe. J'abandonne
La ville où j'étonnais la Cour et les Bourgeois.

Je suis simple, messieurs, je deviens villageois.
Et je compte sur vous. Lucinde, on vous invite
Au mariage. Il sera simple. La petite
Église toute blanche avec sa croix de buis
Vous attend. Vous verrez : ce sera simple ! Et puis,
Nous aurons des troupeaux de moutons, des génisses !
Du Virgile messieurs ! Bucoliques délices !
Les citadins viendront cueillir nos fleurs l'été.
On parlera de mes bienfaits, de ma bonté.
De ma simplicité proverbiale, immense...
J'étonnerai...

Ah pardon... c'est vrai ! Je recommence !

---

Texte complet : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5544493k/f210


Aucun autre transfert audio du même document, aucune face associée

Permalien : http://www.phonobase.org/11976.html

  Recherche avancéeRecherche tout champNouvelle recherche Page d'accueil