Recherche avancéeRecherche tout champNouvelle recherche Page d'accueil  

   
Titre :
Compositeur(s) et-ou auteur(s) :
Interprète(s) :
Qualité(s) ou établissement d'exercice :
Année d'enregistrement :
Instruments :
Marque de fabrique, label :
Format :
   
Retour au document associé

 

Titre :Les bonnes grosses dames
Compositeur(s) et-ou auteur(s) :Battaille, Georges
Interprète(s) :Charlus [Defer, Louis-Napoléon]
Fichier audio :
Photo(s) :Photo
Support d'enregistrement :Disque
Format :29 cm saphir etched (enregistrement acoustique)
Lieu d'enregistrement :Paris, France
Marque de fabrique, label :Pathé
Numéro de catalogue :2195
Numéro de matrice :18578-CC
Inscriptions complémentaires :6-11
Instruments :chant homme, piano acc.
État :Exc+++
Vitesse (tours/minute) :100
Matériel employé au transfert :Numark TT500USB, pointe 1,7ET sur Shure M44G, Elberg MD12 : courbe flat, Cedar X, declick, decrackle, dehiss
Date du transfert :25-03-2022
Commentaires :Texte du contenu ci-dessous. Sur l'air de "Au Bois de Boulogne" de Bruant. Embonpoint, obésité
Texte du contenu :Les bonnes grosses dames

Création : Yvette Guilbert (1899 à la Scala) - Paroles et musique : Jean Battaille - Éditeur : G. Ondet, Paris (1899)


Dans la rue ell’s vont titubant,
Et transportent, cahin-cahant,
Des bras, des jambes et des flancs
D’hippopotame ;
Et, su' l’devant d’leur bâtiment
Il faudrait un rud’ raval’ment
Pour qu’ell’s se r'trouv’nt à l’align’ment,
Les bonn’s gross’s dames.


Quand ell’s cour'nt après l’omnibus,
Ell’s dis'nt avec des airs fourbus :
"Ah ! mon Dieu, mon Dieu, j'en peux plus,
Faut qu'on arrête"
Puis ell’s s'écroul’nt avec fracas ;
Un tas énorm' qui n'se tient pas.
On regarde s'il n'en gliss' pas
Sous la banquette.

Ell’s ont la tête tout en rond ;
On croirait voir un potiron
Ou le dôme de l'Odéon
Quand on les r'garde.
Ell’s ont l’teint couleur vin d’Bercy ;
On dirait l’derrièr' cramoisi
D'un p'tit enfant qui s' s'rait assis
Dans d’la moutarde.

Du corset quand ell’s ôt'nt l’étau,
Ell’s font la pige aux Grandes eaux
D' Versailles ou du Trocadéro,
Tant y a d'cascades.
Ça va, ça vient, ça n'est pas dur,
Ça fluctuat, ça mergitur ;
On dirait un pot d’confitur'
Ou d'marmelade.

Enfin, quand ell’s sont dans leur lit,
Tout ça s'étale et s'aplatit
Aux yeux du mari qui se dit :
"Vrai, quelle affaire !
Puisqu'il faut en passer par-là,
Pour m'consoler, pendant c'temps-là
J'vais tâcher d’rêver qu' j'épouse la
Reine d'Angleterre !!"



Permalien : http://www.phonobase.org/14286.html

  Recherche avancéeRecherche tout champNouvelle recherche Page d'accueil