Recherche avancéeRecherche tout champNouvelle recherche Page d'accueil  

   
Titre :
Compositeur(s) et-ou auteur(s) :
Interprète(s) :
Genre :
Année d'enregistrement :
Instruments :
Marque de fabrique, label :
Format :
   
Retour au tableau des résultats

22 résultats trouvés

Précédent 1 13 22 Suite droite

 
Titre :Marchons légèrement
Compositeur(s) et-ou auteur(s) :Delormel, Lucien ; Pourny, Charles
Interprète(s) :Lejal, Victor
Genre :Café-concert
Fichier audio :
Support d'enregistrement :Cylindre
Format :Lioret n°4 en 2 parties (enregistrement acoustique)
Lieu d'enregistrement :Paris, France
Marque de fabrique, label :Lioret
Date de l'enregistrement :1899-1901
Couleur de la pâte :Celluloïd blanc
Vitesse (tours/minute) :106
Matériel employé au transfert :Archéophone, pointe 2,3ET sur Stanton, Elberg MD12 : courbe flat, passe-bas, Cedar X declick, decrackle, dehiss
Date du transfert :18-06-2010
Commentaires :Texte du contenu ci-dessous. Henri Lioret n'a jamais eu la maîtrise technique de son propre brevet consacré au moulage et à la duplication des cylindres, c'est pourquoi on ne trouve jamais deux exemplaires de la même session d'enregistrement chez Lioret. Voir à ce propos la thèse d'Henri Chamoux La diffusion de l’enregistrement sonore en France à la Belle Époque, 2015, pages 204 à 214 du pdf.
Texte du contenu :Marchons légèrement

Création : Polin à la Scala


Polin sur Berliner's Gramophone 32452 :

{Parlé :}
Ah ! bon Dieu d' bon Dieu ! v'là ma courroie qu'est défaite, c'est la courroie d' mon sac. Ah ! ça y est, pardi j' savais bien qu'il allait m'arriver quéqu' chose. S'y avait encor qu'à marcher, ça serait rien du tout mais y a un tas d' choses à faire. D'abord y faut partir du pied… gauche ! oh oui ! y faut, eh ben, et jamais on f'rait partir du pied droit ou d'un autre pied, non, y faut faire des pas d' quarante-cinq centimètres, ben, allez voir ça, allez donc trouver les quarante-cinq centimètres ! Sans ça, du clou ! Ah ! on en ramasse, allez, des clous, y a pas besoin d' se baisser pour ça, ah ! ma foi, non

Notre cantinière est une femme
Au jarret d' fer, au cœur d'aplomb
Qui séduirait, je le proclame
Du caporal jusqu'au colon
Marchons légère, légère
Marchons légèrement
Marchons légère, légère
Marchons légèrement

{Parlé :}
Pour marcher légèr'ment, c'est pas possible, non, on marche légèr'ment comme un bœuf, voilà tout, oui. Ben, et l' pied droit, on s' figure que l' pied droit i' fait rien mais il en fait autant que l' pied gauche, el pied droit, oh la la !

La cantinière a su me plaire
Très souvent je suis son vainqueur
Dans l' jour elle me sert des p'tits verres
Et dans l' soir elle m' serre sur son cœur

{Parlé :}
C'est pas vrai, elle m'a, elle m'a… elle m'a jamais serré. C'est dans la chanson, oui. Si elle entendait ça, la cantinière, elle serait pas contente mais elle entend rien du tout, elle est tout à fait au bout. Oh ! et puis, nous autres, ça nous est bien égal, que voulez-vous qu'on chante ? on chante ça ou autre chose, c'est toujours chanter, quoi

Marchons légère, légère
Marchons légèrement
Marchons légère, légère
Marchons légèrement
La cantinière n'est pas mal mise
En jupe l'adjudant l'aime beaucoup
Le cantinier l'aime mieux en ch'mise
Et moi j' l'aime mieux sans rien du tout

{Parlé :}
Ah ! c'est pas vrai, ah ! ah !… ah ! là ça commence à d'venir sale, oui mais, vous savez, on est seuls sur la route, y a jamais qu' nous alors on peut bien chanter des choses sales ou pas sales, c'est la même chose pour nous

Marchons légère, légère
Marchons légèrement
Marchons légère, légère
Marchons légèrement
Elle est pot'lée, la cantinière
Elle a d'vant elle deux globes dodus
Elle en a aussi par derrière
Mais c'est dommage qu'elle s'assoit d'ssus

{Parlé :}
Plus ça va, plus c'est dégoûtant, oui, vous allez voir. C'est les chefs qui nous disent de chanter ça, oui, parce que ça nous excite. Non, ça nous excite pas, ça nous excite à marcher, voilà tout, oui

Marchons légère, légère
Marchons légèrement
Marchons légère, légère
Marchons légèrement
La cantinière a des…

{Parlé :}
Ah non ! ah ! je sais pas dire les autres, ils sont trop sales, j'aime mieux m'en aller, tiens, bon Dieu !


-------------------------------------

Polin sur Pantophone 1909 :

{Parlé :}
Ah ! bon Dieu d' bon Dieu ! v'là ma courroie qu'est défaite, c'est la courroie d' mon sac. Ah ! ça y est, pardi j' savais bien qu'il allait m'arriver quéqu' chose. S'y avait encor qu'à marcher, ça serait rien du tout mais y a un tas d' choses à faire. D'abord y faut partir du pied… gauche ! oh oui ! y faut, eh ben, et jamais on f'rait partir du pied droit ou d'un autre pied, non, y faut faire des pas d' quarante-cinq centimètres, ben, allez voir ça, allez donc trouver les quarante-cinq centimètres ! Sans ça, du clou ! Ah ! on en ramasse, allez, des clous, y a pas besoin d' se baisser pour ça, ah ! ma foi, non

Notre cantinière est une femme
Au jarret d' fer, au cœur d'aplomb
Qui séduirait, je le proclame
Du caporal jusqu'au colon
Marchons légère, légère
Marchons légèrement
Marchons légère, légère
Marchons légèrement

{Parlé :}
Pour marcher légèr'ment, c'est pas possible, non, on marche légèr'ment comme un bœuf, voilà tout, oui. Ben, et l' pied droit, on s' figure que l' pied droit i' fait rien mais il en fait autant que l' pied gauche, el pied droit, oh la la !

La cantinière a su me plaire
Très souvent je suis son vainqueur
Dans l' jour elle me sert des p'tits verres
Et dans l' soir elle m' serre sur son cœur

{Parlé :}
C'est pas vrai, elle m'a, elle m'a… elle m'a jamais serré. C'est dans la chanson, oui. Si elle entendait ça, la cantinière, elle serait pas contente mais elle entend rien du tout, elle est tout à fait au bout. Oh ! et puis, nous autres, ça nous est bien égal, que voulez-vous qu'on chante ? on chante ça ou autre chose, c'est toujours chanter, quoi

Marchons légère, légère
Marchons légèrement
Marchons légère, légère
Marchons légèrement
La cantinière n'est pas mal mise
En jupe l'adjudant l'aime beaucoup
Le cantinier l'aime mieux en ch'mise
Et moi j' l'aime mieux sans rien du tout

{Parlé :}
Ah ! c'est pas vrai, ah ! ah !… ah ! là ça commence à d'venir sale, oui mais, vous savez, on est seuls sur la route, y a jamais qu' nous alors on peut bien chanter des choses sales ou pas sales, c'est la même chose pour nous

Marchons légère, légère
Marchons légèrement
Marchons légère, légère
Marchons légèrement
Elle est pot'lée, la cantinière
Elle a d'vant elle deux globes dodus
Elle en a aussi par derrière
Mais c'est dommage qu'elle s'assoit d'ssus

{Parlé :}
Plus ça va, plus c'est dégoûtant, oui, vous allez voir. C'est les chefs qui nous disent de chanter ça, oui, parce que ça nous excite. Non, ça nous excite pas, ça nous excite à marcher, voilà tout, oui

Marchons légère, légère
Marchons légèrement
Marchons légère, légère
Marchons légèrement
La cantinière a des…

{Parlé :}
Ah non ! ah ! je sais pas dire les autres, ils sont trop sales, j'aime mieux m'en aller, tiens, bon Dieu !


----------------------

Victor Lejal :

Notr' cantinière est une femme
Au jarret d' fer, au cœur d'aplomb
Qui séduirait, je le proclame
Du caporal jusqu'au colon
Marchons légère, légère
Marchons légèrement
Devant notre cantinière
La perle du régiment

{Parlé :}
Très bien, bravo, ça va bien, à la bonne heure, hein, ça commence à faire du loin, on dirait qu'il fait chaud, il fait chaud à marcher, cette chaleur chaude qui fait suer, ça fait rien, on marche tout d' même. À la bonne heure… vous entendez le piston ? Hé, c'est mon copain Dutroz, ah ! un malin ! et c'est le coq, Dutroz ! toutes les fumelles elles lui couraient après… Seul'ment maint'nant c'est lui qui court après les fumelles et i' peut pas les attraper… ça n' fait rien, on marche tout d' même !

Notr' cantinière est une gaillarde
Aux reins solidement campés
Qui vous fait quand elle vous regarde
Baisser les yeux et lever l' nez

Marchons légère, légère
Marchons légèrement
Devant notre cantinière
La perle du régiment


Montrer l'autre transfert audio du même document, ou montrer la face associée

Permalien : http://www.phonobase.org/6170.html

  Recherche avancéeRecherche tout champNouvelle recherche Page d'accueil