Recherche tout champRecherche avancéeNouvelle recherche Page d'accueil  

Tout champ :
   
Retour au tableau des résultats

71 résultats trouvés

Précédent 1 51 59 71 Suite droite

 
Titre :Les millionnaires
Compositeur(s) et-ou auteur(s) :Krier, Georges
Interprète(s) :Charlus [Louis-Napoléon Defer]
Genre :Café-concert
Fichier audio :
Photo(s) :Photo
Support d'enregistrement :Disque
Format :35 cm saphir sans étiquette, (enregistrement acoustique)
Lieu d'enregistrement :Paris, France
Marque de fabrique, label :Pathé
Numéro de double-face :2726
Numéro de catalogue :605
Numéro de matrice :82671-ER
Inscriptions complémentaires :29-7
Date de l'enregistrement :1912
Instruments :orchestre acc.
État :Exc++
Vitesse (tours/minute) :86,7
Matériel employé au transfert :Garrard 401, SME 3012, pointe 2,8ET sur Stanton, Elberg MD12 : courbe flat, passe-bas 4k, Cedar X declick, decrackle, dehiss
Date du transfert :03-12-2012
Commentaires :Texte du contenu ci-dessous. Argent, finances, richesse, pauvreté, misère, lutte sociale, vive la grève. Debout les forçats de la galette ! Pernod, grève, maladies de riches : goutte, gravelle, eaux thermales, eau de Vittel, calculs, médecine. Automobile à 40 chevaux, pneumatiques, danseuse à 2000 francs par mois, collier de perles à 100 000 francs, la robe de chez Paquin à 2500 francs, à cent sous le petit trottin, nourriture, la piqûre de 606 à trois francs (La formule 606 : traitement de la gonorrhée, blennorragie, syphilis, maladie vénérienne, ou autre IST, MST). La dèche nationale, sur l'air de L'Internationale
Texte du contenu :Les millionnaires

Paroles : Georges Krier - Musique : divers dont Pierre Degeyter dont l'Internationale est parodiée


Je suis le défenseur acharné d'une plage de la société
Qui, jusqu'à ce jour, a été plutôt négligée
L’État s'occupe des ouvriers, rien qu' des ouvriers
Tout pour les ouvriers : Augmentation d' salaire
Repos hebdomadaire, retraite ouvrière
On les sucre, vous n' pouvez pas dire le contraire
Mais ils ne sont pas seuls sur la terre
Il faut aussi penser aux pauvres millionnaires
Qu'est-c' que l' gouvernement a fait pour eux jusqu'à présent ?
Rien, absolument, on les persécute, c'est bien plus épatant
Ça n' peut pas durer plus longtemps !
Que tous les millionnaires qui sont ici se lèvent
Et crient avec moi : Vive la grève !
Place à la manifestation
À nous l'émeute, à nous la révolution !

Debout, les forçats d' la galette
Debout, esclaves du million
On s'est assez payé votr' tête
Maint'nant, défendez votr' pognon !

Ils sont heureux, les travailleurs, ils n'ont qu'à s'esquinter pour avoir le nécessaire
Avec leur petit ordinaire, leur demi-setier Dugros, leur Pernod, ils se portent à ravir
C'est pas la grève qui les empêche de courir
Tandis qu' les millionnaire, avec le superflu, fatigués de ne rien faire
Ils ont le ventre tell'ment gros, tell' ment arrondi
Qu'ils ne se voient pas plus bas qu' le nombril
Sans compter les calamités dont ils sont affligés
Ils ont la goutte, la gravelle et paient des prix fous
Les eaux indispensables à l'évacuation d' leurs cailloux
Que tous les ventripotents, les goutteux, les rhumatisants
Qui sont ici se lèvent et d'mandent avec nous
La bouteille d’eau d' Vittel à trois sous
Prolétaires de luxe, en avant !
Dans vos quarante chevaux, commencez la propagande effrénée
Que voulez-vous ?
Nous voulons payer les pneus un prix plus doux
Et n' pas crever à tous les coups
Nous voulons la danseuse à deux mille francs par mois
Et, pour l'entret'nir, ne pas être plus d' trois
Le collier d' perles à cent mille francs
Ou c'est la grève immédiat'ment !
Nous voulons à deux mille cinq la robe de chez Paquin
À cent sous le p'tit trottin
La ch'mise de dentelle à cinq louis
À trois francs le kilo d' chichis
La grande cocotte de choix à cent balles
À quarante centimes le beefsteak de ch' val
Nous mourons d' faim, nous voulons sans r'tard
Le souper de cinquante francs chez Paillard
Nous crevons d' soif, il nous faut à quarante francs
Le vieux Clos Vougeot, le fauteuil d'orchestre à dix francs
La piqûre de 606 à trois francs
Et si les millionnaires n'obtiennent pas satisfaction
Pour la honte de la nation, ils travaill'ront
Et se laiss'ront mourir de privations !

C'est la dèche finale
Groupons-nous et demain
L'Internationale
Sera le genre rupin !


Montrer l'autre transfert audio du même document, ou montrer la face associée

Permalien : http://www.phonobase.org/9164.html

  Recherche tout champRecherche avancéeNouvelle recherche Page d'accueil