Recherche avancéeRecherche tout champNouvelle recherche Page d'accueil  

   
Titre :
Compositeur(s) et-ou auteur(s) :
Interprète(s) :
Genre :
Année d'enregistrement :
Instruments :
Marque de fabrique, label :
Format :
   
Retour au tableau des résultats

4482 résultats trouvés

Précédent 1 51 101 151 201 251 301 351 401 451 501 551 601 651 701 751 801 851 901 951 1001 1051 1101 1151 1201 1251 1301 1351 1401 1451 1501 1551 1601 1651 1701 1751 1801 1851 1901 1951 2001 2051 2101 2151 2201 2251 2301 2351 2401 2451 2501 2551 2601 2651 2701 2751 2801 2851 2901 2951 3001 3051 3101 3151 3201 3251 3301 3351 3401 3451 3501 3551 3601 3651 3701 3751 3801 3851 3901 3951 4001 4051 4101 4151 4201 4251 4301 4351 4401 4451 4482 Suite droite

 
Titre :Le clairon, ou Le chant du soldat
Compositeur(s) et-ou auteur(s) :Déroulède, Paul ; André, Émile
Interprète(s) :Roland, de l'opéra
Fichier audio :
Support d'enregistrement :Cylindre
Format :Standard (enregistrement acoustique)
Lieu d'enregistrement :Paris, France
Marque de fabrique, label :Edison
Numéro de catalogue :17943
Numéro de matrice :4
Date de l'enregistrement :1907
État :Exc, moisi
Vitesse (tours/minute) :160
Matériel employé au transfert :Archéophone, pointe 2 minutes sur Stanton, flat, Cedar X declick, decrackle
Date du transfert :27-11-2009
Commentaires :Texte du contenu ci-dessous.
Texte du contenu :Le clairon

Création : Amiati (1875 au cabaret L'Eldorado) - reprises : Yvonne Murger, Mlle Doriga, Weber, Dutreux, Malgaty, Bergeret, Maréchal, Pontis, Roland, Marty, Bérard, Albers, Nucelly, Noté, Dorival, etc...

Paroles : Paul Déroulède - Musique : Émile André - Éditeur : Bathlot


L'air est pur, la route est large,
Le Clairon sonne la charge,
Les zouaves vont chantant.
Et là-haut sur la colline,
Dans la forêt qui domine,
On les guette, on les attend

Le Clairon est un vieux brave,
Et, lorsque la lutte est grave,
C'est un rude compagnon ;
Il a vu mainte bataille
Et porte plus d'une entaille,
Depuis les pieds jusqu'au front.

C'est lui qui guide la fête,
Jamais sa fière trompette
N'eut un accent plus vainqueur ;
Et, de son souffle de flamme,
L'espérance vient à l'âme,
Le courage monte au cœur.

On grimpe, on court, on arrive,
Et la fusillade est vive,
Et les autres sont adroits,
Quand enfin le cri se jette :
«En marche! A la baïonnette !»
Et l'on entre sous le bois.

À la première décharge,
Le Clairon sonnant la charge,
Tombe frappé sans recours :
Mais, par un effort suprême,
Menant le combat quand même,
Le Clairon sonne toujours.

Et cependant le sang coule,
Mais sa main, qui le refoule,
Suspend un instant la mort,
Et de sa note affolée,
Précipitant la mêlée,
Le vieux clairon sonne encor.

Il est là couché sur l'herbe,
Dédaignant, blessé superbe,
Tout espoir et tout secours ;
Et sur sa lèvre sanglante,
Gardant sa trompette ardente,
Il sonne, il sonne toujours.

Puis, dans la forêt pressée,
Voyant la charge lancée
Et les zouaves bondir,
Alors, le clairon s'arrête,
Sa dernière tâche est faite,
Il achève de mourir.


Aucun autre transfert audio du même document, aucune face associée

Permalien : http://www.phonobase.org/4482.html

  Recherche avancéeRecherche tout champNouvelle recherche Page d'accueil