Recherche avancéeRecherche tout champNouvelle recherche Page d'accueil  

   
Titre :
Compositeur(s) et-ou auteur(s) :
Interprète(s) :
Genre :
Année d'enregistrement :
Instruments :
Marque de fabrique, label :
Format :
   
Retour au tableau des résultats

4478 résultats trouvés

Précédent 1 51 101 151 201 251 301 351 401 451 501 551 601 651 701 751 801 851 901 951 1001 1051 1101 1151 1201 1251 1301 1351 1401 1451 1501 1551 1601 1651 1701 1751 1801 1851 1901 1951 2001 2051 2101 2151 2201 2251 2301 2351 2401 2451 2501 2551 2601 2651 2701 2751 2801 2851 2901 2951 3001 3051 3101 3151 3201 3251 3301 3351 3401 3451 3501 3551 3601 3651 3701 3751 3801 3851 3901 3951 4001 4051 4101 4151 4201 4251 4301 4351 4401 4451 4478 Suite droite

 
Titre :Les louis d'or
Compositeur(s) et-ou auteur(s) :Dupont, Pierre
Interprète(s) :Aumonier, Paul
Genre :Mélodie de concert
Fichier audio :
Support d'enregistrement :Cylindre
Format :Standard (enregistrement acoustique)
Lieu d'enregistrement :Paris, France
Marque de fabrique, label :Pathé
Numéro de catalogue :1782
Numéro de matrice :2628
Couleur de la pâte :noir moulé
État :tbon, saute à l'annonce, fêlé
Vitesse (tours/minute) :79,5 doublé
Matériel employé au transfert :Archéophone
Date du transfert :26-11-2001
Commentaires :Texte du contenu ci-dessous.
Texte du contenu :Les louis d'or

Paul Aumonier :

Un soir, le long de la rivière,
Sous l'ombre des noirs peupliers,
Près du moulin de la meunière,
Passait un homme de dix pieds.

Il avait la moustache grise,
Le chapeau rond, le manteau bleu,
Dans ses cheveux soufflait la bise,
C'était le diable ou le bon Dieu.

Sa voix, qui sonnait comme un cuivre,
Et qui rendait le son du cor :
Me dit : "Au bois, il faut me suivre.
Je te promets cent louis d'or."

Au lieu de signer sur la page
Où le diable avait mis ses doigts,
Je songeai qu'il était plus sage
De faire un grand signe de croix.

Le diable partit en fumée
Et je fus transporté soudain
Chez ma meunière bien-aimée,
Dans une chambre du moulin.

Elle disait : "Tiens, je te livre
Mon cœur, mon moulin, mon trésor."
Elle avait un grand seau de cuivre :
La belle avait cent louis d'or.


----------------------------

Maréchal :

Un soir, le long de la rivière,
Sous l'ombre des noirs peupliers,
Près du moulin de la meunière,
Passait un homme de dix pieds.

Il avait la moustache grise,
Le chapeau rond, le manteau bleu,
Dans ses cheveux soufflait la bise,
C'était le diable ou le bon Dieu.

Sa voix, qui sonnait comme un cuivre,
Et qui rendait le son du cor
Me dit "Au bois, il faut me suivre.
Je te promets cent louis d'or."

Jure ton sang, jure ton âme
Jure le diable et jure Dieu
Que tu n'épouseras pas femme,
Ni du hameau, ni d'autre lieu,

Au moins avant la quarantaine,
Et qu'on te verra tous les jours
Courir de fredaine en fredaine,
Sans te fixer dans tes amours !"

Quand sa griffe eut rougi le livre
Sa voix résonna comme un cor
Il me dit : "Signe et je te livre
En or sonnant cent louis d'or"


Aucun autre transfert audio du même document, aucune face associée

Permalien : http://www.phonobase.org/1444.html

  Recherche avancéeRecherche tout champNouvelle recherche Page d'accueil