Recherche avancéeRecherche tout champNouvelle recherche Page d'accueil  

   
Titre :
Compositeur(s) et-ou auteur(s) :
Interprète(s) :
Qualité(s) ou établissement d'exercice :
Année d'enregistrement :
Instruments :
Marque de fabrique, label :
Format :
   
Retour au tableau des résultats

11 résultats trouvés

Précédent 1 9 11 Suite droite

 
Titre :Rire, pleurer
Compositeur(s) et-ou auteur(s) :Maquis, Gaston ; Gonthier, Paul
Interprète(s) :Anonyme(s) ou interprète(s) non identifié(s)
Fichier audio :
Support d'enregistrement :Cylindre
Format :Standard (enregistrement acoustique)
Lieu d'enregistrement :Paris, France
Marque de fabrique, label :E. Mazo, 8 Bd Magenta, Paris
Instruments :piano acc.
Couleur de la pâte :marron
État :Exc
Vitesse (tours/minute) :118
Matériel employé au transfert :Archéophone, pointe Edison sur Ortofon declick, decrackle
Date du transfert :02-01-2010
Commentaires :Texte du contenu ci-dessous.
Texte du contenu :Rire, pleurer

Création : Mercadier, Anna Thibaud (1894) - reprises : Pellat, Georgel, Marjal, Hector Pellerin

Paroles : Paul Gonthier - Musique : Gaston Maquis - Éditeur : À la Chanson moderne - Paris


Mercadier, Pellat :

Tu m’as causé beaucoup de peines
Et tu m’as trompé bien souvent
Mais j’ai pardonné tes fredaines
Quand on aime, on est indulgent
Moi, je n’osais plus rien te dire
Car, au lieu de me rassurer
{x2 :}
Tu te mettais bien vite à rire
Lorsque tu me voyais pleurer

Mais puisque, aujourd’hui, l’on te quitte
Allons, reviens à l’ancien nid
Nous nous aimerons mieux ensuite
Lorsque ton cœur sera guéri
Va, tu n’auras rien à me dire
Et, crois-le, pour te rassurer
{x2 :}
Je te promets de ne pas rire
Si, parfois, je te vois pleurer


----------------

Anonyme :

Tu m’as causé beaucoup de peines
Et tu m’as trompé bien souvent
Mais j’ai pardonné tes fredaines
Quand on aime, on est indulgent
Moi, je n’osais plus rien te dire
Car, au lieu de me rassurer
{x2 :}
Tu te mettais bien vite à rire
Lorsque tu me voyais pleurer

Un soir, je te surpris, parjure
À notre amour, à mes serments
J’eus au cœur comme une morsure
Dont j’ai souffert longtemps, longtemps
Je fus témoin de ton délire
Et de tout ce qui se passa
{x2 :}
Mais, lorsque tu te mis à rire
J’ai pleuré d’avoir été là

Mais puisque, aujourd’hui, l’on te quitte
Allons, reviens à l’ancien nid
Nous nous aimerons mieux ensuite
Lorsque ton cœur sera guéri
Va, tu n’auras rien à me dire
Et, crois-le, pour te rassurer
{x2 :}
Je te promets de ne pas rire
Si, parfois, je te vois pleurer


Aucun autre transfert audio du même document, aucune face associée

Permalien : http://www.phonobase.org/4722.html

  Recherche avancéeRecherche tout champNouvelle recherche Page d'accueil