Recherche avancéeRecherche tout champNouvelle recherche Page d'accueil  

   
Titre :
Compositeur(s) et-ou auteur(s) :
Interprète(s) :
Genre :
Année d'enregistrement :
Instruments :
Marque de fabrique, label :
Format :
   
Retour au tableau des résultats

389 résultats trouvés

Précédent 1 41 51 101 151 201 251 301 351 389 Suite droite

 
Titre :Mademoiselle Duplumeau
Compositeur(s) et-ou auteur(s) :d'Orvict, Charles ; Briollet, Paul ; Gerny, Ernest
Interprète(s) :Charlus [Louis-Napoléon Defer]
Genre :Café-concert
Fichier audio :
Photo(s) :Photo
Support d'enregistrement :Disque
Format :27 cm aiguille (enregistrement acoustique)
Lieu d'enregistrement :Paris, France
Marque de fabrique, label :Odeon International talking machine Co.m.b.H.
Numéro de catalogue :33527
Numéro de matrice :xP107
Date de l'enregistrement :1904
État :Exc++
Vitesse (tours/minute) :87
Matériel employé au transfert :Stanton 150, pointe 1,7ET sur Shure M44G, Elberg MD12 : courbe flat, Cedar X, declick, decrackle, dehiss
Date du transfert :08-04-2022
Commentaires :Texte du contenu ci-dessous.
Texte du contenu :Mademoiselle Duplumeau

Création : Max Dearly (1898 aux Concerts Parisiens) - reprises : Charlus (1902), Henri Cartel (1903 sous le titre Mamzelle du Plumeau), Jean Gabin (1958 sous le titre Mam'zelle Duplumeau)

Paroles : Paul Briollet, Ernest Gerny - Musique : Charles d'Orvict - Éditeur : Répertoire XYZ - 7, rue d’Enghien - Paris (1897)


Dans sa maison près d' la Bastille
Ma concierge est mère d'une jeune fille
Qui vaut plus que son pesant d'or
C'est pas une femme, c'est un trésor
Elle sort du Conservatoire
De sa famille c'est la gloire
Sa mère prétend qu'elle ira loin
Si les p'tits cochons n' la mangent point

{Refrain :}
La fille de ma pipelette
S'appelle mad'moiselle Duplumeau
Elle joue du piano
Chante dans les casinos
Elle tricote des gambettes
Fait des passes de rigodon
Pendant c' temps-là et allez donc
La mère tire le cordon

Trouvant son nom trop ridicule
Elle s'est offert une particule
Et se fait appeler sans façon
Adrienne de Montluçon
Elle se croit de haute lignée
Elle prétend descendre des croisés
Elle d'vrait pourtant pas oublier
Qu'elle descend plutôt d' l'escalier

{au Refrain}

Tout l' monde prétend qu'elle est légère
Mais c'est une fille qu'aime tant sa mère
Qu'il ne faudrait pas lui r'procher
De vadrouiller, de découcher
Ce qui prouve qu'elle est bien élevée
C'est qu' quand la nuit est avancée
Pour n' pas réveiller ses parents
Elle va coucher chez ses amants

{au Refrain}


Montrer l'autre transfert audio du même document, ou montrer la face associée

Permalien : http://www.phonobase.org/14579.html

  Recherche avancéeRecherche tout champNouvelle recherche Page d'accueil