Recherche avancéeRecherche tout champNouvelle recherche Page d'accueil  

   
Titre :
Compositeur(s) et-ou auteur(s) :
Interprète(s) :
Qualité(s) ou établissement d'exercice :
Année d'enregistrement :
Instruments :
Marque de fabrique, label :
Format :
   
Retour au tableau des résultats

26 résultats trouvés

Précédent 1 10 26 Suite droite

 
Titre :La marche des affaires
Compositeur(s) et-ou auteur(s) :Cambon, Olivier ; Favart, Edgard
Interprète(s) :Charlus [Defer, Louis-Napoléon]
Fichier audio :
Photo(s) :Photo
Support d'enregistrement :Disque
Format :27 cm aiguille (enregistrement acoustique)
Marque de fabrique, label :Columbia black and silver label
Numéro de catalogue :50731
Numéro de matrice :50731-1-2
Instruments :orchestre acc.
État :Exc+
Vitesse (tours/minute) :78
Matériel employé au transfert :Stanton 150, SME-Clément, pointe 3,0ET sur Shure M44G, Elberg MD12 : courbe ffrr, passe-bas 6,5kHz : Cedar X declick, decrackle, dehiss
Date du transfert :21-11-2017
Commentaires :Texte du contenu ci-dessous.
Texte du contenu :La marche des affaires
Création : Vasser à Parisiana (1905) - reprises : Gabrielle Berville à l'Alcazar d’Été, Honoré à la Cigale, sinoël aux Folies-Bergère, Victor Lejal, Reschal, Charlus, Kar Ditan (1908)

Paroles : Edgard Favart - Musique : Olivier Cambon - Éditeur : Eugène Joullot (1905)


Le soir
Su' l' trottoir
Les gens
S' rencontrant
Disent : Mais qu'est-c' qu'on va dev'nir ?
Le commerce va périr
Rien n' va, ça n' march' pas
Chaqu' jour, c'est plus bas
Dans quéqu' temps nous n' mang'rons
Que des p'lures de saucisson
Le proprio se dit : Maint'nant tout l' mond' veut d' l'air
Mes locataires
Filent sur Bel-Air
Le pipelet se dit : Y a plus d' devenir radieux
Y a qu' des râleux
Qu'ont juste un pieu
La boulangère dit en causant aux ménagères :
Ma bonne, ma chère
C'est la misère
Faut travailler, pétrir, êtr' debout constamment
On n'a même plus l' temps d' faire des enfants

L' méd'cin
L' pharmacien
L' docteur
Et l' campeur
Se disent : On n'y comprend plus rien
Tout l' monde se porte bien
Et v'là l' choléra
Maint'nant qui s'en va
Où est l' temps, saint nom de d'là
De c' bel influenza ?
L' pédicure dit : Main'nant y a plus d' souliers pointus
Nous sommes fichus
L'oignon n' pousse plus
L' jardinier dit : Maint'nant il tombe tout l' temps de l'eau
L'oignon pousse trop
Nous sommes dans l' siau
L' charcutier dit : Voilà l' boudin qui démissionne
Y a plus personne
Qui réveillonne
Qu'est-c' qu'on d'viendra, vingt dieux ! si l'on n' mange plus d' cochon ?
C'est p't-êtr' les cochons qui nous mang'ront

Jusqu'à
L'avocat
Envieux
Ambitieux
Qui dit : Bon Dieu ! dans quelque temps
Y aura plus qu' des brav's gens
Horreur ! l' vidangeur
S'écrie : Ah ! malheur !
I's sont tous végétariens
La chaux ne vaut plus rien
La gigolette dit : Qu'est-c' que l'on va manger c' soir ?
On n' fait plus rien
Y a qu' du lapin
Son gigolo dit : Avec Paris bord de mer
P't-êtr' qu'on espère
Qu'on s' f'ra la paire
L' soldat dit : Y a plus d' mam'lon à prendre dans l' service
Faut prendr' d'office
Ceux des nourrices
Y a qu' mon cher député qui dit : De quoi qu'on s' plaint ?
Je gagne vingt-cinq balles et je n' fais rien !


Montrer les autres transferts audio du même document, ou montrer la face associée

Permalien : http://www.phonobase.org/11387.html

  Recherche avancéeRecherche tout champNouvelle recherche Page d'accueil