Recherche avancéeRecherche tout champNouvelle recherche Page d'accueil  

   
Titre :
Compositeur(s) et-ou auteur(s) :
Interprète(s) :
Qualité(s) ou établissement d'exercice :
Année d'enregistrement :
Instruments :
Marque de fabrique, label :
Format :
   
Retour au document associé

 

Titre :Le muet mélomane
Compositeur(s) et-ou auteur(s) :Gerny, Ernest
Interprète(s) :Charlus [Defer, Louis-Napoléon]
Fichier audio :
Photo(s) :
PhotoPhoto
Support d'enregistrement :Disque
Format :19 cm aiguille (enregistrement acoustique)
Lieu d'enregistrement :Paris, France
Marque de fabrique, label :Odeon International talking machine Co.m.b.H.
Numéro de catalogue :3874
Numéro de matrice :P120
Date de l'enregistrement :1904
État :Exc, monté
Vitesse (tours/minute) :89,4
Matériel employé au transfert :Garrard 401, SME 3012, pointe 3,3ET sur Stanton, Elberg MD12 : courbe flat, passe-bas 5kHz, Cedar X declick, decrackle, dehiss
Date du transfert :19-01-2014
Commentaires :Texte du contenu ci-dessous.
Texte du contenu :Le muet mélomane ou le crime du Faubourg Antoine, chansonnette-monologue créée par Vaunel à l'Eldorado, paroles et musique de Gerny, s.l., s.n., s.d. [1890 ?]


Le Muet mélomane, par Charlus, Gramophone and Typewriter 31206 - Texte identique sur cylindre Pathé n°2010
On a mis entre parenthèses les paroles qui correspondent aux couplets sonnés au cornet par le muet mélomane. Entre crochet, l'identification des titres, et de leur auteur.

Un muet, accusé d'un crime, se sert d'un piston pour répondre aux questions du Président.

- Accusé levez vous, votre nom ?
- (il joue l'air : Ohé Durondard) [« cri populaire » de J. Fauque, P. Bourgès, E. Galle]

- Vous vous appelez Durondard, bien. Votre profession ?
- (il joue : Ah ! qu'il est doux de ne rien faire) [Galathée, (Victor Massé)]

- Alors vous êtes rentier ! Votre âge ?
- (il joue : Amis je viens d'avoir cent ans) [Le père la victoire, (Paulus)]

- Cent ans ? Sapristi, vous êtes bien conservé ! Vous êtes accusé d'avoir assassiné une femme. Où avez-vous rencontré la victime ?
- (il joue : Sur la place de la Bastille [chanson de Victor Lejal]

- Sur la place de la Bastille. Quelle heure était-il ?
- (il joue : Minuit, chrétiens, c'est l'heure solennelle) [Noël (Adolphe Adam)]

- Minuit, et que faisiez vous là ?
- (il joue : Je regardais en l'air) [Les Cloches de Corneville (Lecocq)]

- Vous regardiez en l'air, et qu'avez-vous vu ?
- (il joue : Un ange, une femme inconnue) [La Favorite, (Donizetti)]

- Un ange, une femme inconnue. C'était la victime. Alors vous ne la connaissiez pas ?
- (il joue : J'ignorais son nom et sa naissance) [Si j'étais roi (Adolphe Adam)]

- Vous ignoriez son nom et sa naissance. Et pourtant vous êtes entré chez un marchand de vin avec elle, qu'avez-vous bu ?
- (il joue : Le petit bleu) (auteur non identifié)

- Ah ! Vous avez bu du petit bleu parce que ça… ça ravigotte, n'est-ce-pas ? Ensuite vous êtes allés chez elle. Que lui avez-vous dit une fois dans la chambre ?
- (il joue : c'est à boire à boire à boire) (auteur non identifié)

- C'est à boire, à boire… ah ! C'est TA POIRE qu'il me faut ! … Alors elle a refusé et vous l'avez assassinée. Vous l'avez tuée pour la voler. Pour combien l'avez-vous tuée ?
- (il joue : Pour vingt-cinq francs, pour vingt-cinq francs, pour vingt-cinq francs cinquante)

- Pour vingt-cinq francs cinquante, C'est épouvantable, enfin vous avouez misérable! Et qu'avez-vous à dire pour votre défense ?
- (Il joue : J'avais mon pompon) (auteur non identifié)

- Vous aviez votre pompon, allons donc ce n'est pas une excuse !
Là-dessus les jurés se retirent dans la salle des délibérations, et reviennent quelques instants après avec un verdict d'acquittement en raison des bons antécédents et de l'infirmité du malheureux qui, pour les remercier leur joue ce petit air :
- (Il joue : Viens Poupoule) [Viens poupoule (Trébisch, Christiné, Spahn)]


- - - -


Le muet mélomane
Éditeur : Petit - Paris (1890) / Bigot


La partition, pour deux personnages :
------------------------
(Le juge entre avec un chapeau de gendarme sur la tête et amène le muet, puis il s'assoit derrière la table, ôte son chapeau de gendarme et le remplace par une toque de juge et commence l'interrogatoire.)

Le Juge.. Vous êtes accusé d'avoir assassiné une femme dans le Faubourg Antoine et dans la nuit du 24. Répondez à toutes les questions que je vais vous poser. Comment vous appelez-vous ? (Le muet ne bouge pas).. Voyons ! Répondez ? (Le muet fait signe qu'il ne peut pas parler).. Comment ! vous êtes muet ? (Le muet fait signe que oui).. Alors vous allez écrire vos réponses. (Le muet fait comprendre qu'il ne sait pas écrire).. Vous ne savez pas écrire ? (Le muet fait signe que non).. Alors il m'est impossible de vous interroger ? (Le muet fait signe que si).. Comment voulez-vous que je vous interroge ? (Le muet tire de sa poche une flûte ou un instrument quelconque).. C'est avec ça que vous allez répondre ! Ah ! j'y suis, vous êtes musicien et vous allez me faire comprendre vos réponses par des airs. Eh bien ! Essayons ! Votre nom ? (Le muet joue l'air :
(1) Ohé ! Durondard !)..

Vous vous appelez Durondard, bien ! Votre prénom ? Où demeurez-vous ? (Il joue :
(2) Je m' nomme Popaul, je demeure à l'entresol)..

Bien, vous vous nommez Paul et vous demeurez à l'entresol. Dans quelle rue ? (Il joue, en clignant de l’œil
(3) Au détour de...).. Chaussée de Clignancourt.

Votre profession ? (Il joue :
(4) Ah ! qu’il est doux de ne rien faire)..

Alors, vous êtes rentier ? Votre âge ? (Il joue :
(5) Amis, je viens d’avoir cent ans)..

Cent ans ! Vous êtes bien conservé pour votre âge ! Où êtes-vous né ? (Il joue :
(6) Connais-tu le pays où fleurit l'oranger)..

Accusé, je vous défends de me tutoyer. Voyons ! (il cherche) Le pays où fleurit l'oranger... Ah ! j'y suis ! vous êtes de Valence (Il fait signe que oui, avec la tête).. Vous êtes accusé d'avoir assassiné une femme. Où avez-vous rencontré la victime ? (Il joue :
(7) Sur la place de la Bastille)..

À la Bastille ! Quelle heure était-il ? (Il joue :
(8) Minuit, chrétiens, c'est l'heure...)..

Minuit ! Que faisiez-vous là ? (Il joue :
(9) Je regardais en l'air.)..

Et qu'avez-vous vu ? (Il joue :
(10) Un ange, une femme inconnue)..

Une femme inconnue, c'était la victime ! Alors, vous ne la connaissiez pas ? (Il joue :
(11) J'ignorais son nom, sa naissance)..

Que lui avez-vous dit ? (Il joue :
(12) Mad'moiselle, écoutez-moi donc)..

Que vous répondit-elle ? (Il joue :
(13) Pâle voyageur, connais-tu l'amour.)..

Bien ! Et qu'avez-vous dit, vous ? (Il joue :
(14) L’amour, quéqu’ c’est qu' ça, mamzelle)..

L’amour, quéqu’ c’est qu' ça... Allons, ne faites donc pas l'innocent. Vous êtes entrés chez un marchand de vins, qu'avez-vous bu ? (Il joue :
(15) La va alse, la va alse, la valse des chopines.)..

Très bien ! Vous avez bu des chopines. après, vous êtes sortis tous les deux bras dessus bras dessous. (Il joue :
(16) En chantant la digue, digue, digue.)..

Puis vous êtes allé chez elle, que lui avez-vous dit dans sa chambre ? (Il joue :
(17) Ô Mathilde, idole de mon âme.)..

Ô Mathilde ! Pardon ! Tout à l'heure, vous avez dit que vous ignoriez son nom, sa naissance, vus le connaissiez son nom, elle se nommait Mathilde. Ensuite, Que lui avez-vous dit ? (Il joue :
(18) Pour tant d'amour, ne soyez pas ingrate.)..

Et après ? (Il joue : (19) C'est ta poire, ta poire, ta poire.)..

Alors elle a refusé et vous l'avez assassinée. Vous l'avez tuée pour la voler. Pour combien l'avez-vous tuée ? (Il joue : (20) Pour vingt-cinq francs, pour vingt-six francs, etc....)..

Pour vingt-cinq francs ! Enfin, vous avouez, misérable. Qu'avez-vous à dire pour votre défense ? (Il joue :
(21) J'avais mon pompon en rev'nant d' Suresnes.)..

Vous étiez gris ! Ce n'est pas une excuse. Le tribunal va délibérer. (Il se lève, se retourne et fait semblant de causer à deux autres juges, puis il s'assoit.) Le tribunal, après avoir délibéré, eu égard à votre infirmité, vous condamne à 1fr 25c d'amende. Allez !
Le muet.. Messieurs les juges, je vous remercie de votre indulgence.
Le Juge.. Vous parlez ! Comment ! Mais alors vous n'êtes pas muet.
Le muet.. Sapristi ! Je me suis coupé ! Non, Messieurs, je ne suis pas muet, mais j'ai consulté un avocat qui m'a dit : Si tu veux sauver ta tête, (Il joue :
(22) Ne parle pas, Rose, je t'en supplie)

Le Juge.. Ah ! Vous n'êtes pas muet ! Vous vous êtes moqué du tribunal ! Vous vous êtes coupé, eh bien ! vous n'y couperez pas. (Il fait encore semblant de causer avec les deux juges) Le tribunal après en avoir délibéré vous condamne aux travaux forcés à perpétuité et cinq ans de surveillance de la haute police. Gendarme ! Amenez l'accusé !

(Il ôte sa toque de juge, reprend le chapeau de gendarme et emmène le muet qui joue la marche du Prophète ou toute autre marche. Sortie à régler.)


notes :
- Une autre édition est faite pour un seul personnage
- Les personnes qui ne savent pas jouer d'un instrument peuvent se servir du Bigotphone.
BIGOT, fabricant, 74 rue vieille du Temple, Paris


Permalien : http://www.phonobase.org/9728.html

  Recherche avancéeRecherche tout champNouvelle recherche Page d'accueil