Recherche avancéeRecherche tout champNouvelle recherche Page d'accueil  

   
Titre :
Compositeur(s) et-ou auteur(s) :
Interprète(s) :
Qualité(s) ou établissement d'exercice :
Année d'enregistrement :
Instruments :
Marque de fabrique, label :
Format :
   
Retour au tableau des résultats

2 résultats trouvés

Précédent 1 2

 
Titre :L'adresse de mes connaissances, monologue comique
Compositeur(s) et-ou auteur(s) :Spencer, Émile ; Rimbault, Eugène ; Bousquet, Louis
Interprète(s) :Anonyme(s) ou interprète(s) non identifié(s)
Fichier audio :
Photo(s) :
PhotoPhoto
PhotoPhoto
PhotoPhoto
Support d'enregistrement :Cylindre
Format :Lioret n°4 (enregistrement acoustique)
Lieu d'enregistrement :Paris, France
Marque de fabrique, label :Lioret
Date de l'enregistrement :1899-1901
Instruments :monologue
Vitesse (tours/minute) :102
Matériel employé au transfert :Archéophone, pointe 78 sur Ortofon, Elberg MD12 : courbe flat
Date du transfert :05-05-2021
Commentaires :Texte du contenu ci-dessous.
Texte du contenu :L'adresse de mes connaissances

Création : Polin (1898) - reprises : Victor Lejal, Le petit Maurico, Dauphin, Vallez, Mathis

Paroles : Eugène Rimbault, Louis Bousquet - Musique : Émile Spencer - Editeur : Delormel, Paris (1898)

Version par un chanteur anonyme :

{Parlé :}
Mesdames, messieurs, je vous présente l'Apollon des troupiers, le plus causant de la chambrée :
- Ouais, ah ! dame ! ça, mes chers, j'en ai des p'tites femmes, vous savez, petites connaissances, oille, j'en ai, j'en ai ! et je n' me rappelle tellement plus leur adresse à force que j'en ai. Aussi, pour m'en souv'nir j'ai composé des vers pour chacune d'elles et je les ai appris par cœur, je vas les vous dire, tenez : Voici pour la première, elle s'appelle Clémentine :

Clémentine dans sa d'meure
N'a jamais d'appétit
'N déjeune qu'à trois heures
Et ne dîne qu'à minuit
Adresse : rue Bouffetard

{Parlé :}
Voyez, c'est pas bien féroce, hein. Seulement, fallait y penser, voilà, voilà. Ah ! y en a encore d'autres, vous savez, oh ! c'est pas fini. Je vous dis, j'en ai, j'en ai tell'ment que j' m'en rappelle plus. Maintenant, voilà pour Agathe :

La jolie p'tite Agathe
A mangé dernièr'ment
Pour trois sous d' colle de pâte
En fait d' médicament
Adresse : rue de la colle de méd'cine

{Parlé :}
Ah ! elle a été dure à faire, celle-là, vous savez; j'ai attrapé des... des ampoules, là... imaginative avec ça. Y en a encore une autre, ah ! c'est pas fini. Celle-là, elle s'appelle Renée :

Pour montrer à Renée
Que j' suis un beau garçon
J' passe devant sa croisée
Aussi raide qu'un bâton
Adresse : rue Pastouraide

{Parlé :}
Ah ! celle-là, elle a fait rire, celle-là, oui, enfin, je suis content. Ah ! et je voulais pas la mettre, c'est les camarades à la chambrée qui m'ont dit : Mets-la, mets-la, mets-là... alors je l'ai mise, moi. Euh, maint'nant voilà pour Georgette. Oh ! Georgette, c'est une grosse. Voilà plus d'un mois que je l'embrasse, je peux pas encore arriver à l'embrasser à la même place.

La jolie p'tite Georgette
C' matin, comme j'arrivais
Enfonça sa fourchette
Dans une motte de beurre frais
Adresse : rue de la Motte Piquée

{Parlé :}
Elle m'a donné du mal, vous savez, oh ! j'ai eu beaucoup chaud pour faire celle-là. Heureus'ment que je porte de la flanelle, vous savez. Mais c'est pas fini, j'en ai encore, oui. Euh, maint'nant voici pour Esther :

J'ach'tais la s'maine passée
Des pétards pour Esther
Quand voilà qu'une fusée
A pété à l'envers
Adresse : rue Saint Pétarbours

{Parlé :}
Celle-là, elle est politique, celle-là, oui, ah ! c'est pour l'Alliance, celle-là. Maint'nant j' vas vous en dire encore une, elle s'appelle Sophie :

La belle Sophie s’ennuie
Quand y tombe du bouillon
Parc' que son parapluie
N'a pas l' manche assez long
Adresse : rue Pépincourt

{Parlé :}
Hein ? oh ! il est arraché par les ch'veux, çui-là, enfin ça fait rien pourvu que c' soit pas les ch'veux d' Sophie, c'est l' principal, hein. Ben, je vais vous en dire encore une, une dernière, oui, seul'ment j' m'en irai après parce que celle-là elle est dégoûtante, je suis honteux d' la dire. Enfin, j' m'en irai après :

La plantureuse Nitouche
Est bien vue d' ses patrons
Mais y a des chiasses de mouches
Sur le fond d' ses chaudrons
Adresse : rue de Bellechiasse

{Parlé :}
Oh ! je m'en vas, il est dégoûtant, celui-là. Au r'voir !

- - -

Version de Victor Lejal :

{Parlé :}
Mesdames et messieurs, je vas me permettre de vous soumettre un petit travail intellectuel et oléagineux que je viens d' faire. Figurez-vous que j'ai tellement de petites connaissances que je peux pas arriver à m' rappeler leur adresse. Aussi, pour pas faire de boulette, j'ai trouvé un truc, je les ai mis en vers et j' vas vous les dire.
Eh bé, voilà pour la première, elle s'appelle Clémentine :

Clémentine dans sa d'meure
N'a jamais d'appétit
'N déjeune qu'à trois heures
Et dîne jusqu'à minuit
Adresse : rue Bouffetard

{Parlé :}
Voyez, c'est pas bien féroce. Seulement, il fallait penser à l' faire, voilà.
Maintenant, voilà pour Pauline :

Pauline est toujours gaie
Seul'ment c' qui n' lui va pas
C'est d'être taquinée
Par son cousin Thomas
Adresse : rue Saint Thomas Taquin

{Parlé :}
Ah,celle-là, elle est pas si épatante, hein. Je l'ai fait un jour que j'étais un peu pompette, celle-là. Ça s' voit, hein.
Maintenant, voilà pour Sophie :

La belle Sophie s’ennuie
Quand y tombe du bouillon
Parc' que son parapluie
N'a pas l' manche assez long
Adresse : rue Pépincourt

{Parlé :}
Ah, elle est un peu arrachée par les ch'veux, celle-là mais ça n' fait rien, pourvu que n' soit pas les ch'veux, les ch'veux d' Sophie, hein, ça va, c'est bien
Maintenant, voilà pour Aglaë :

Mon patron n'est pas sage
Me disait Aglaë
Quand je mets mon corsage
Il me pince un néné
Adresse : rue Monsieur-le-Pince

{Parlé :}
Ah, elle est bonne, celle-là. Pourvu qu'on m' la fauche pas. J' vas la faire breveter, celle-là.
J'en ai une autre. Oh, celle-là, c'est pour une grosse. Voilà un mois qu' je l'embrasse, j'ai jamais pu l'embrasser à la même place, cette grosse-là. Elle s'appelle Renée :

Pour montrer à Renée
Que j' suis un beau garçon
J' passe devant sa croisée
Aussi raide qu'un bâton
Adresse : rue Pastouraide

{Parlé :}
Ah, elle a fait rire, celle-là., je suis content. Je chante encore une autre, j'ai pas fini
Voilà pour Georgette maintenant :

La jolie p'tite Georgette
C' matin, comme j'arrivais
Enfonça sa fourchette
Dans une motte de beurre frais
Adresse : rue de la Motte Piquée

{Parlé :}
Heureus'ment qu' je porte de la flanelle, bon Dieu
Maintenant, voilà pour Esther :

J'ach'tais la s'maine passée
Des pétards pour Esther
Quand voilà qu'une fusée
A pété à l'envers
Adresse : rue Saint Pétarbours

{Parlé :}
Ah, elle est politique, celle-là, j'aurais pas dû la mettre. Ça n' fait rien, j'aime bien encore en dire une. Seulement, elle est dégoûtante, celle-là. Je m'en irai après, hein.
La plantureuse Nitouche :

La plantureuse Nitouche
Est bien vue d' ses patrons
Mais y a des chiasses de mouches
Sur le fond d' ses chaudrons
Adresse : rue de Bellechiasse

{Parlé :}
Je m'en vas, elle est dégoûtante, celle-là


Aucun autre transfert audio du même document, aucune face associée

Permalien : http://www.phonobase.org/13611.html

  Recherche avancéeRecherche tout champNouvelle recherche Page d'accueil