Recherche avancéeRecherche tout champNouvelle recherche Page d'accueil  

   
Titre :
Compositeur(s) et-ou auteur(s) :
Interprète(s) :
Qualité(s) ou établissement d'exercice :
Année d'enregistrement :
Instruments :
Marque de fabrique, label :
Format :
   

Un seul résultat trouvé

Titre :L'anneau, chansonnette leste
Compositeur(s) et-ou auteur(s) :Stellen
Interprète(s) :Charlus [Defer, Louis-Napoléon]
Fichier audio :
Photo(s) :
PhotoPhoto
Support d'enregistrement :Disque
Format :19 cm aiguille (enregistrement acoustique)
Lieu d'enregistrement :Paris, France
Marque de fabrique, label :Odeon International talking machine Co.m.b.H.
Numéro de catalogue :6428
Numéro de matrice :P1996
Date de l'enregistrement :1905
État :Exc++
Vitesse (tours/minute) :71,2
Matériel employé au transfert :Garrard 401, SME 3012, pointe 2,0ET sur Stanton, Elberg MD12 : courbe flat, passe-bas 5kHz, Cedar X declick, decrackle, dehiss
Date du transfert :15-01-2014
Commentaires :Texte du contenu ci-dessous.
Texte du contenu :L'anneau
Paroles et musique : Stellen - Éditeur : Paul Dupont – Paris [1900]

Dépassant la soixantaine
Décati, portant bedaine
Sans cresson sur la fontaine
Il n'était plus folichon
Quand, pris d'une folle envie
Pour la conjugale vie
Dans la vaste confrérie
Il entra, le cornichon

Dans la conjugale couche
Sans brûler une cartouche
Il dormait comme une souche
Jusqu'à la pointe du jour
Et sa femme, la pauvrette
Le voyant battre en retraite
Sans fournir même une traite
Se disait : C'est ça, l'amour ?

Le bonhomme eut conscience
De son insignifiance
Et la jaune défiance
Remplit son cœur de souci
Moins tranquille que Baptiste
Le célèbre fantaisiste
Il pensait, triste, bien triste
Au sire de Framboisy

Il voyait le fatal glaive
Pendu jusque dans son rêve
Sans repos ni fin ni trêve
Sans un instant de répit
Lorsque, une nuit, l' pauvre homme
Broyant son jaune de chrome
Vit descendre un blanc fantôme
Du haut du ciel... de son lit

Écoute, dit l'être vague
Garde à ton doigt cette bague
Tant que tu l'auras, sans blague
Tu peux être convaincu
Et chasser toute panique
Grâce à cet anneau magique
Inestimable relique
Jamais ne sera cocu

À moins toutefois, dit l'être
Que tu ne désires l'être
Dans ce cas, ton doigt, mon maître
De l'anneau devra sortir
Car tant qu'il est, je te jure
Garni de son armature
Si l'on tente l'aventure
Il saurait te garantir

Ayant parlé de la sorte
L'ombre pâle et comme morte
Prit le bouton de la porte
Et sembla s'évanouir
Tandis que le vieux bonhomme
Le cœur tout rempli de baume
Achevait son petit somme
Et qu'il bavait de plaisir

Or cet incroyable songe
N'était point un vain mensonge
La preuve en est, quand on songe
Que par le fait du hasard
L'époux dans sa rêverie
Avait, par étourderie
Mis à sa femme ahurie
L'annulaire... quelque part


Montrer l'autre transfert audio du même document, ou montrer la face associée

Permalien : http://www.phonobase.org/9704.html

  Recherche avancéeRecherche tout champNouvelle recherche Page d'accueil