Recherche tout champRecherche avancéeNouvelle recherche Page d'accueil  

Tout champ :
   
Retour au tableau des résultats

171 résultats trouvés

Précédent 1 44 51 101 151 171 Suite droite

 
Titre :Chant des zouaves (Papa l'Arbi)
Compositeur(s) et-ou auteur(s) :Richoux, L.
Interprète(s) :Bergeret, Léonce
Qualité(s) ou établissement d'exercice :Casino de Paris
Fichier audio :
Photo(s) :Photo
Support d'enregistrement :Disque
Format :19 cm aiguille (enregistrement acoustique)
Lieu d'enregistrement :Paris, France
Marque de fabrique, label :Odeon International talking machine Co.m.b.H.
Numéro de catalogue :6247
Numéro de matrice :P1095
Date de l'enregistrement :1905-02-xx
État :Exc++, monté à la fin
Vitesse (tours/minute) :82
Matériel employé au transfert :Garrard 401, SME 3012, pointe 1,5ET sur Stanton, Elberg MD12 : courbe flat, passe-bas 5kHz, Cedar X declick, decrackle, dehiss
Date du transfert :11-01-2014
Commentaires :Texte du contenu ci-dessous. Sur l'air de Papa l'Arbi, 35 sous la paire de souliers, Algérie, Crimée, régiment, zouaves
Texte du contenu :Papa l'arbi

Sous le soleil brûlant de l'Algérie
Notre étendard flottait calme et vainqueur.
Au cri d'appel de la Mère Patrie
Du Nord il vole affronter la rigueur.
Va déployer au vent de la Crimée
Tes plis sacrés, ô mon noble drapeau !
Déjà noirci de poudre et de fumée
Au premier rang tu seras le plus beau.

Refrain:

Hourrah ! hourrah ! mon brave régiment
Le canon résonne
[Le tambour résonne]
Et le clairon sonne
Hourrah ! hourrah !
Zouaves, en avant !
Hourrah ! hourrah ! en avant ! en avant !
Pan ! pan ! l'Arbi,
[Papa l'Arbi]
Les chacals, ces vaillants guerriers
Qui ne laissent pas les colons nu-pieds !
Cinquante sous la paire de souliers
Approchez ! venez près des quartiers
Vous y trouverez aussi des sous-pieds
Qui sont payés.

Sans crainte, amis, on peut fouler la terre
Qui, tôt ou tard, doit recouvrir nos corps
Lorsqu'on sent là, seul bien du militaire
Un coeur loyal, une âme sans remords !
Heureux celui qui meurt dans les batailles
Sous son drapeau, près de ses vieux amis,
Il a du moins de nobles funérailles
Et Dieu bénit qui meurt pour son pays !

Que le conscrit, tout bas, se désespère
S'il est un jour sans vivres, sans abri !
Le vieux chacal sait dormir sur la terre ;
Le sol suffit à son corps endurci.
Le vieux chacal pour chasser la famine,
A des moyens qu'en Afrique il apprit.
Les maraudeurs fournissent la cuisine
On vit toujours aux frais de l'ennemi !

Montrer l'autre transfert audio du même document, ou montrer la face associée

Permalien : http://www.phonobase.org/9668.html

  Recherche tout champRecherche avancéeNouvelle recherche Page d'accueil